ARTICLES DE JOURNAUX

ARTICLES DE JOURNAUX

Article de Andrea Tornielli, paru sur le quotidien “Il Giornale” du Jeudi 19 Mai 2005

Lourdes, Le « prodige » de l’Hostie qui se soulève

(En-tête de l’article) Les images inédites d’un épisode inexplicable survenu le 7 novembre 1999 durant une Messe célébrée par les Evêques français dans la basilique inférieure de Lourdes. La particule, au moment de l’invocation à l’Esprit Saint s’est soulevée, et est demeurée suspendue jusqu’à la communion.

Il s’agit d’un épisode peu connu, même si les images des faits ont été transmises en direct sur l’éminente chaine française « Antenne2 » . Un cas parmi les plus singuliers (supporté d’une documentation télévisée à vous couper le souffle) qui pourrait être « un authentique prodige eucharistique moderne ».  On ne peut l’appeler « miracle eucharistique »  tant qu’il n’existe pas à son sujet de jugement de la part de l’autorité ecclésiale, mais c’est certainement un évènement qui donne beaucoup à penser.

Le dernier chapitre du livre du journaliste Renzo Allegri, « Il sangue di Dio » (Ancora, 2005, 13,00 Euros), qui décrit certains des « miracles eucharistiques » les plus significatifs de l’histoire, est dédié à ce « prodige eucharistique ».  En certains moments, où la foi en la présence réelle du Corps et du Sang de Jésus dans l’Eucharistie –pierre de touche de la doctrine catholique- vacille, se sont vérifiés des phénomènes miraculeux, avec des Hosties ensanglantées qui se sont mutées en morceau de chair. Le livre d’ Allegri les raconte, avec un foisonnement de détails , et sans tomber dans une complaisance excessive dans les miracles. Le volume se clôt par la description de ce qui est survenu en la basilique

inférieure de Lourdes, le 7 novembre 1999, au cours d’une Sainte Messe solennelle concélébrée par les évêques français, de nombreux prêtres et tous les supérieurs des monastères trappistes du monde entier.

Dans les images inédites extraites des vidéos que reproduit « Il Giornale » on voit au premier plan le célébrant principal, Mgr Lours-Marie Billé, alors archevêque de Lyon, créé cardinal en 2001 et décédé un an après, avec sur la gauche le cardinal Jean Maire Lustiger. Dans le premier des trois photogrammes, tirés de la vidéo, on distingue clairement une grande hostie blanche sur la patène en face de l’évêque. Il y a en réalité deux hosties, beaucoup plus grandes que celles qu’on utilise en Italie, comme on a coutume d’en trouver en  France. Au début de la sainte messe, les deux hosties se voient sur le film parfaitement attachées l’une à l’autre, formant un corps unique, si bien qu’on ne s’aperçoit même pas qu’il y en a deux. Elles sont posées sur la patène, une sorte de coupe plate, et y adhèrent parfaitement. Il existe dans le film plusieurs prises de vue les reprenant dans cette position et il n’y a aucun doute que les deux hosties soient physiquement posées l’une sur l’autre, adhérant à la patène. Au moment de l’Epiclèse, c’est-à-dire lorsque les prêtres étendent les mains sur le pain et sur le vin en invoquant l’Esprit Saint, se vérifie le phénomène.

On voit clairement que l’Hostie supérieure commence à se détacher de l’autre et se soulève. « Le mouvement –écrit Allegri- est impressionnant : L’hostie se soulève comme sous l’action d’un ressort et oscille trois , quatre fois en l’air, avant de prendre une position fixe, horizontale, à environ un centimètre de l’autre Hostie, et elle demeure ensuite dans cette position jusqu’à la fin du Canon ».

La reprise télévisée met en évidence certains moments de la cérémonie, durant lesquels le célébrant bouge ou se déplace, de sorte qu’il est possible de voir, à travers les deux Hosties , l’une soulevée en l’air, et l’autre adhérant à la patène, la couleur des vêtements liturgiques de l’évêque.  Comme le film contenant ces images est assez long et riche en premier plans, on a la possibilité de constater  avec assurance qu’il ne s’agit nullement d’une illusion d’optique ou de perspective. Des experts en ce domaine, après avoir attentivement examiné le film, ont exclu absolument l’idée d’une manipulation technique des images. On peut encore moins considérer l’hypothèse de fils ou de trucs illusionnistes perpétrés par les plus hauts représentants de la hiérarchie française.

Miracle eucharistique ? Comme nous l’avons déjà dit, les autorités ecclésiastiques françaises, interpellées  à plusieurs reprises, ont choisi de ne faire aucun commentaire officiel. Cependant, quiconque voit ce film, éprouve une émotion indescriptible, conscient de voir de ses propres yeux un phénomène qui n’a aucune explication rationnelle. L’auteur du livre rapporte l’avis d’un théologien présent à la célébration, lequel retient qu’il « s’agit d’un vrai signe surnaturel » et que celui-ci a une signification œcuménique, étant donné que pour l’Eglise Orthodoxe, c’est précisément au moment de l’Epiclèse que le Corps et le Sang du Christ se rendent présents, pour être ensuite « offerts » par le Christ lui-même à travers les paroles du prêtre . Selon la théologie catholique, par contre, l’action qui consacre et transforme le pain et le vin advient quelques instants plus tard, lorsque le célébrant prononce les paroles « Ceci est mon corps… » .

Sur la photo : la particule s’est soulevée au moment de l’invocation à l’Esprit Saint et est restée suspendue jusqu’à la communion, durant la Sainte Messe concélébrée par l’épiscopat français en la basilique inférieure de Lourdes, 7 novembre 1999 (photo de « Antenne2 »).

 


Article de Renzo Allegri – Rome – Février

Le Mystère de l’Eucharistie

Un cas insolite s’est vérifié en France en Novembre 1999. Durant la Célébration d’une messe dans la Basilique inférieure de Lourdes, au moment de la consécration, l’Hostie supérieure, (Il y avait deux grandes hosties) s’est soulevée et est demeurée suspendue en l’air jusqu’à la fin du canon, avant la doxologie finale (« Par Lui… »).  La cérémonie était reprise en direct par la télévision et des milliers de personnes, dans leurs maison, ont assisté au phénomène. Il existe encore une vidéo en France, de laquelle nous avons tiré l’image reproduite sur cette page.

La messe était célébrée par l’archevêque de Lyon. Avec lui, concélébraient Le cardinal de Paris, Jean-Marie Lustiger, tous les évêques français, de nombreux prêtres et tous les supérieurs des monastères Trappistes du monde entier. En cette occasion des hosties plus grandes que d’habitude furent utilisées. Au début de la messe, on voit que l’hostie est posée sur l’autre, adhérant à la patène, une espèce de plat horizontal. Dans le film, plusieurs prises de vue la reprennent dans cette position et il n’y a aucun doute que l’hostie soit physiquement posée par-dessus l’autre. Au moment de l’Epiclèse, lorsque les prêtres étendent les mains en invoquant l’Esprit Saint, on voit l’hostie du haut se détacher de l’autre qui continue à adhérer à la patène, et on la voit se soulever. Le mouvement est impressionnant : L’hostie se soulève comme sous l’effet d’un ressort, et oscille trois/quatre fois en l’air avant de prendre une position fixe, horizontale. Elle reste ensuite dans cette position jusqu’à la fin du Canon. Miracle ? Les autorités ecclésiastiques, interpellées à plusieurs reprises, ont choisi de ne pas faire de commentaire. Mais des milliers de téléspectateurs ont vu ce phénomène à la TV.

Renzo Allegri rapporte le fait
dans le dernier chapitre de son livre

 

Le Pape a proclamé l’an 2005 “Année eucharistique » dédiée au mystère de l’Hostie et du Vin devenu corps et sang du Christ durant la messe. Je fais le tour de nombreux prodiges inexplicables survenu parmi les siècles..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.